Fatima

Du perron de la Basilique du Rosaire, je promène mon regard sur l’immense esplanade construite à la Cova da Iria. A l’intérieur de la Basilique, je me suis recueillie quelques instants dans les deux chapelles latérales qui abritent les tombes de Jacinthe Marto et sœur Lucie, et François Marto, les trois petits bergers.
Dehors, à l’autre extrémité, la Basilique de la Trinité et ses grands espaces au sous-sol, pouvant accueillir plusieurs dizaines de groupes à la fois.
Plus près de moi, le grand chêne vert témoin des apparitions de Notre-Dame aux pastoureaux ; témoin aussi de la multitude d’hommes et de femmes qui, depuis l’été 1917, foulent ce lieu béni ; et le 13 octobre 1917, témoin du miracle de la danse du soleil.
Quelques mètres plus bas, la chapelle des apparitions. Elle abrite un minuscule édifice reproduisant la première chapelle édifiée à la Cova da Iria. La colonne de marbre sur laquelle est placée la statue de Notre-Dame indique le lieu exact des apparitions. Véritable cœur pulsant du sanctuaire où convergent les pèlerins venus du monde entier. Les célébrations, les offices, les rosaires, se succèdent… en différentes langues. Ce qui est le plus frappant, c’est que là, au pied de Notre-Dame, toutes les différences et les barrières tombent : nous redevenons tous les enfants d’un même Père et d’une même Mère.
Du 7 au 11 mai dernier, chaque jour, au pied de la Statue de Notre-Dame de Fatima, nous nous sommes recueillies et l’avons entendue dire comme à la jeune Lucie : Ne te décourage pas. Je ne t’abandonnerai jamais ! Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.

Marie Michèle, TM de l’Immaculée

icone-zoom Cliquez pour agrandir et faire défiler les photos.